Le diméthoate, vous connaissez ?

Le diméthoate est un puissant insecticide utilisé pour traiter les fruits et légumes. Il est largement employé pour lutter contre la Drosophila Suzukii autrement appelée la mouche de la cerise.

 

Le diméthoate est une substance toxique et dangereuse. Parmi ses méfaits, découverts sur des rats de laboratoire, on retrouve :

  • des atteintes cérébrales, cardiaques et rénales
  • des perturbations endocriniennes
  • un risque accru de cancer

 

L’EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments) a été saisie par la Commission Européenne pour juger des effets du diméthoate sur la santé humaine. Les données sur cet insecticide ont été jugées insuffisantes pour exclure tout risque pour le consommateur.

 

En avril 2016, la France décide d’interdire l’utilisation du diméthoate dans l’agriculture ainsi que la suspension de l’introduction, l’importation et la mise sur le marché des cerises fraîches provenant de pays où le diméthoate est autorisé. La protection de la santé publique a dicté cette sage décision mais les producteurs craignent à présent de perdre leur activité sous les ravages des moucherons.

 

D’autres solutions existent pour lutter contre la mouche de la cerise telles que l’utilisation d’autres molécules chimiques ou des filets anti-insectes. Ces dispositifs trouvent leur limite dans leur coût trop onéreux. Une autre alternative serait la lutte biologique consistant à utiliser un insecte pour en combattre un autre. La recherche progresse dans ce sens mais la route est encore longue…..

 

Likez

Je me présente : je m’appelle Estelle, j’ai 37 ans et j’ai grandi au pays de la flammekuche et de la choucroute ;-).
Je suis en reconversion professionnelle au métier de diététicienne.
Nous vivons dans une société de consommation qui nous appâte avec des publicités gourmandes et alléchantes pour ensuite nous inciter à suivre le dernier régime à la mode et stigmatiser certains aliments. J’ai décidé me former à la diététique pour démêler le vrai du faux et tordre le cou aux idées reçues.

Laisser un commentaire