Salade composée

Le thon poi(s)son ?

Le thon est l’un des poissons les plus appréciés au monde. Souvent mis en avant pour ses qualités nutritionnelles on connait moins les dérives qui l’entourent. Petit point sur le thon : sera-t-il l’allié de nos salades pour finir l’été ?

Le thon dispose de plusieurs atouts :

  • ses protéines de bonne qualité qui séduiront notamment les sportifs,
  • ses teneurs intéressantes en phosphore (essentiel pour la formation des os et des dents), en sélénium (utile pour lutter contre les radicaux libres), en vitamine A et D et en vitamines du groupe B (B3, B9, B12).
  • par contre, ne comptez pas sur ses graisses pour vous protéger des maladies cardio-vasculaires : les oméga 3 sont proches de 0 et les principaux composants seront plutôt les acides gras saturés (vous savez ceux qui s’accumulent dans nos artères pour les boucher !). L’équilibre lipide est assez médiocre donc n’abusez pas de sa consommation !

Le revers de la médaille :

Le thon évolue dans des eaux marines polluées par l’activité humaine. En tant que prédateur, il est au sommet de la chaîne alimentaire et consomme des poissons, crustacés et calamars eux-mêmes victimes de la pollution. Plus un poisson est au bout de la chaîne, plus il est toxique à manger. Sa chair accumule des métaux lourds (mercure, arsenic, cadmium, plomb), des PCB (PolyChloroBiphényles) et des dioxines.

Alors thon ou pas thon ?

Le thon possède des qualités nutritionnelles indéniables qui lui permettent de s’inscrire dans une alimentation variée. Comme beaucoup de produits, il est susceptible d’être contaminé par des substances chimiques. C’est la surconsommation qui peut engendrer des troubles. Pour bénéficier de ses avantages sans s’exposer aux risques, on respectera donc les recommandations de l’ANSES : consommer 1 à 2 portions de poissons par semaine GRAND MAXIMUM (dont un poisson gras) et diversifier les espèces de poissons consommés.

Conseils de l’une de nos anciennes stagiaires, Estelle :

  • privilégiez le thon au naturel plutôt qu’à l’huile pour limiter les apports en lipides,
  • parce qu’être consom’acteur c’est aussi être éco-friendly 😉  et éco-responsables : consommez le thon selon sa saisonnalité (de mai à septembre) et vérifiez la présence du label MCS (pêche durable)

Mon dernier conseil :

Il n’est pas nécessaire de choisir du côté Bio ou dans des magasins bio votre poisson. Pourquoi ? parce que les poissons bio sont élevés en masse avec une nourriture très médiocre. Le Label MSC sera intéressant à condition que le mode de pêche soit à la ligne et/ou sauvage, mais pas au chalut (qui arrache l’éco-système et ne pratique aucune sélection).

Lorsque vous vous rendez en poissonnerie, vérifiez ou demandez quel mode de pêche a été utilisé, car cela n’est pas toujours mentionné. Si c’est indiqué ligne et/ou sauvage : prenez et si ce n’est pas indiqué ou que le poissonnier ne sait pas : passez votre chemin.

Désolée de tacler les poissonniers, mais les consommateurs doivent obtenir les informations nécessaires pour acheter intelligemment.

Label MSC – image issue de google.fr

Laisser un commentaire